Pour bien gérer un logement loué, il faut du temps, de l’implication et un minimum de connaissances juridiques. Si votre emploi du temps est trop serré, si la gestion locative ne vous intéresse pas, si vous pensez ne pas avoir les compétences requises ou si vous habitez loin de vos biens loués, mieux vaut en déléguer la gérance à un professionnel, administrateur de biens, agent immobilier ou syndic. Vous serez ainsi déchargé d’une bonne partie des soucis inhérents à toute location !

Mais attention, pour sécuriser votre relation avec le professionnel choisi et limiter le risque de conflit, vous devrez établir un mandat de gestion locative qui fixe précisément l’étendue de ses pouvoirs de gestionnaire et qui détaille les composantes de sa rémunération. Décryptage du mandat de gestion locative…

La mission du gestionnaire est à géométrie variable

Le mandat de gestion locative doit nécessairement être établi par écrit. Ce document a notamment pour objectif de fixer l’étendue des pouvoirs que vous confiez à l’administrateur de vos biens loués, ainsi que la durée pendant laquelle il est habilité à vous représenter…

 

La rémunération du gestionnaire est négociable

Comme sa mission, la rémunération du gestionnaire de vos biens doit être définie par écrit dans le document qui vous lie. Il peut la fixer librement. Vous devez donc la négocier, en prenant soin de bien distinguer les honoraires de mise en location, les honoraires de gestion courante et ceux liés à l’accomplissement de prestations complémentaires, facturés en supplément…

La gestion locative déléguée est plus professionnelle

Recourir à un gestionnaire vous décharge d'une bonne partie des soucis de gestion et vous évite d’avoir des relations conflictuelles avec vos locataires. Au-delà, le gestionnaire est aussi un conseiller à même de vous aider à optimiser votre patrimoine. Surtout, en tant que professionnel, il est responsable de toute faute commise dans sa gestion qui vous cause un préjudice…